C’est un fait, les personnes souffrant de lombalgie récurrente ou passagère peuvent voir leur sommeil se détériorer. Les effets du mal au dos sur le sommeil font partie des questions que pose un professionnel de santé à son patient lors de l’examen initial pour évaluer le retentissement de sa lombalgie dans sa vie de tous les jours.

Une étude publiée dans l’European Spine Journal [1] a montré que des modes de vie mal adaptés, tels que des heures de coucher tardives, un temps de sommeil court et une pratique des jeux vidéo 🎮 sur de longues durées, étaient associés à des douleurs lombaires y compris chez des athlètes jeunes ! 

Une autre étude publiée dans le même journal [2] confirme bien la dégradation du sommeil chez les lombalgiques que ce soit chronique ou en phase aiguë.

Cependant, l’intensité des douleurs n’était pas corrélée avec les troubles du sommeil. Même avec une douleur faible ou moyenne votre sommeil est susceptible d’être perturbé.

Comment réagir quand les douleurs lombaires freinent le repos et empêchent de rejoindre les bras de Morphée ?

Mais voyons tout d’abord ce qu’est la lombalgie pour mieux comprendre les effets sur le sommeil.

Qu’est-ce que la lombalgie ?

Nous définissons la lombalgie comme étant une gêne située au bas du dos, précisément au niveau des vertèbres lombaires.

La lombalgie est ainsi un phénomène assez courant, le plus souvent elle est sans gravité.

Il existe cependant différentes types de lombalgies et tout autant de niveaux de durée et de douleurs différentes : 

  • La lombalgie chronique est présente depuis au moins 3 mois.
  • La poussée aiguë de lombalgie: qui nécessite une intensification temporaire des traitements et une diminution temporaire des capacités physiques.
  • La lombalgie récidivante: en cas de récidive avant 12 mois elle doit être considérée comme à risque de chronicité.

La douleur ressentie peut-être handicapante et désagréable au quotidien pour celui ou celle qui en souffre.

Et le sommeil dans tout ça ?

Le sommeil à une fonction vitale, il joue un rôle clé dans la récupération de l’organisme tant physique que psychologique. En effet, il faut savoir que nous consacrons environ un tiers de notre vie à dormir. Il est donc urgent de bien dormir pour le bon fonctionnement de notre corps. 

Si le sommeil est un état récurrent de perte de conscience, il est incompatible avec la douleur qui requiert que l’on soit conscient. De ce fait, la personne souffrant de lombalgie légère ou sévère risque de voir sa nuit perturbée.

Chez le lombalgique, les troubles du sommeil se répètent insidieusement jour après jour et en continu. Ainsi s’enchaînent des nuits sans sommeil, la fatigue s’accumule, le dos en prend pour son grade ne vous laissant aucun répit. Les conséquences sur le plan social ou professionnel voire sportif peuvent s’en ressentir par une difficulté à accomplir vos tâches ou exercices habituels.

Certaines pathologies du dos comme la discopathie inflammatoire sont typiquement douloureuses la nuit et au changement de position. Le réveil est aussi compliqué avec un phénomène de dérouillage matinal à la sortie du lit nécessaire avant que le corps ne soit « chaud ». Les mécanismes inflammatoires s’exercent la nuit, le tonus musculaire est abaissé au réveil et le combo des 2 majore le ressenti des instabilités lombaires. C’est pour ça que la personne ayant mal, a besoin d’un « temps de chauffe » pour aller mieux. Une hernie discale en phase inflammatoire ainsi qu’une sciatique fraîche peuvent réellement être handicapante pour trouver le repos.

Alors nous faisons quoi ?

Vous en avez plein le dos de ne plus avoir de nuits complètes, voyons ce que nous pouvons faire.

La première chose à faire devant des douleurs nocturnes persistantes est déjà naturellement de consulter pour identifier et traiter la cause de votre problème. Votre médecin pourra aussi vous donner un coup de pouce et votre kinésithérapeute sera à même de vous prendre en charge.

La question d’une literie de bonne qualité peut se poser, même si aucune différence n’a été notée médicalement entre une literie ferme ou molle. Pas la peine de vous infliger la literie d’un fakir, choisissez plutôt un matelas dans lequel vous vous sentez bien.

Plusieurs centres proposent des « postures » / « positions » qui sembleraient améliorer le confort en position allongée chez les sujets lombalgiques comme les illustrations ci-après proposées par la Mayo clinique [3].

Pour cela il vous suffit de vous munir de deux oreillers 💤.

Position coucher sur le dos pour améliorer le confort

Cette première posture, allongée sur le dos, colle assez bien avec les positions antalgiques que prennent les personnes souffrant de sciatique (douleur dans la jambe provoquée par la compression du nerf). Un coussin placé sous les genoux permettra de détendre le nerf et limiter sa mise en tension.

Position sur le ventre pour améliorer le confort du dos

Cette position est celle qu’on pourrait recommandera à un patient qui a l’habitude de dormir sur le ventre, mais qui serait confronté à un épisode de lombalgie majorée en extension (position cambrée). Placez un coussin sous le bas du ventre.

Position sur le côté pour améliorer le confort du dos

Enfin la position allongée sur le côté est aussi fréquemment observée dans les services de chirurgie du dos, pour diminuer les douleurs de certains patients souffrant des lombaires, notamment en postopératoire quand la plaie est douloureuse et que l’appui sur le dos est compliqué. Placez un coussin entre les jambes et n’hésitez pas à rajouter un traversin dans le dos afin de faciliter le relâchement.

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne nuit 🌛.

Bien entendu, pour mieux dormir il est aussi question de bouger la journée et de faire des exercices pour votre dos, n’hésitez pas à faire votre programme personnalisé sur Doado. La santé de votre dos passe par le mouvement !

Doado est disponible sur AppStore et Playstore.

Source :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *