Ces mots « hernie discale » sont souvent connus, entendus, mais sans trop savoir de quoi il s’agit réellement.

Voyons donc ensemble de quoi il en retourne et que ce n’est pas sorcier à comprendre.

Déjà, il faut savoir que la hernie discale lombaire est une pathologie très fréquente de l’adulte (30-55 ans) et 90% des sciatiques dans cette tranche d’âge sont liées à une hernie discale lombaire. En France 35000 cas sont opérés chaque année et plus de 120 000 traités médicalement.

Rentrons un peu plus dans le vif du sujet !

Une hernie qu’est-ce que c’est ?

Une hernie discale provient de la fissure d’un disque entre 2 vertèbres, entraînant la sortie d’une partie de l’intérieur du disque. C’est ce contenu discal qui s’est échappé qu’on appelle hernie.

L’image du dessous illustre parfaitement cela, nous voyons bien en bleu l’intérieur du disque qui s’écoule alors qu’il devrait rester au centre, et vient toucher le nerf, ce qui va donner la hernie et peut provoquer la douleur.

Découpe de la colonne avec hernie discale – Crédit : Centre Aquitain du Dos

Il s’agit d’une pathologie mécanique, qui peut être aussi bien liée au vieillissement naturel de la colonne qu’aux sollicitations importantes et répétitives auxquelles est soumise la colonne vertébrale. 

Mais concrètement le disque c’est quoi?

Le disque est l’amortisseur qui se situe entre 2 vertèbres. Il sert de moyen d’union entre ces os et l’articulation.

L’usure discale implique une altération des capacités d’amortisseur ou viscoélastiques (1). Le disque se déforme davantage et revient moins vite à sa position initiale. 

Avec le temps notamment, le disque s’use et voit ses capacités d’amortisseur s’altérer. Pour visualiser ce qu’implique un disque usé nous pouvons ce le représentez comme un élastique sur lequel nous aurions trop tiré, ou encore un amortisseur de voiture qui aurait un kilométrage élevé.

Pour vous donner une image de sa structure on peut le comparer à une olive avec un anchois à l’intérieur. Le disque est composé de 2 éléments : une partie ligamentaire à l’extérieur (l’annulus, représenté ici par une olive) et une partie interne gélatineuse (le nucléus que nous pouvons imaginer par l’anchois dans l’olive).

Une hernie comme une olive à l’anchois !

Imaginons maintenant que vous preniez cette olive entre vos doigts et que vous la serriez. Elle va se déformer avant de reprendre sa forme initiale quand vous relâchez la pression, elle remplit alors son rôle d’amortisseur. Recommencez en la serrant un peu plus fort, vous allez finir par fissurer l’olive et faire sortir un peu de jus. Imaginez cette fissuration au niveau d’un disque (mais sans hernie, juste la fissure).

Il s’agit d’un lumbago (douleur au dos)  d’origine discale, très invalidant est dû à cette fissure au niveau de l’annulus. Cela peut être très douloureux, même s’il n’est pas grave en soit est que l’évolution est la plupart du temps favorable. Il suffit d’attendre, prendre les traitements antalgiques recommandés par votre médecin, éventuellement porter une ceinture et adapter quelques consignes d’hygiène de vie enseignées par votre kinésithérapeute le temps de la cicatrisation ligamentaire.

Imaginons maintenant que vous appuyiez encore plus fort sur cette olive. Vous allez fissurer la membrane puis observer cette fois tout ou partie de l’anchois sortir sous l’effet de la pression que vous avez exercé. Ce contenu qui sort du disque est une hernie discale. L’anneau qui ceintre le disque s’est fissuré et une partie du contenu discal s’est échappé et « peut »  venir au contact du nerf qui part dans la jambe. Il peut en effet il y avoir une douleur dans la jambe qui apparait alors que le problème vient bien du dos.

Une hernie ! Et maintenant nous faisons quoi ?

Pas de panique, gardez à l’idée déjà qu’avoir un parcours de soin cohérent et médical vous permettra de gagner du temps et d’optimiser vos soins.

L’évolution d’une sciatique par hernie discale est la plupart du temps se résout favorablement en 6 à 8 semaines.

Un professeur de chirurgie orthopédique m’a d’ailleurs appris « le théorème des lunettes bleues » que je vous partage avec plaisir : prenez 5 groupes de patients souffrant de sciatique par hernie discale.

Vous confiez le premier groupe à un kiné, le deuxième à un magnétiseur, le troisième se voit infliger le port d’un gadget comme une semelle quantique de rééquilibrage du bassin et des chacras 😂, le quatrième doit rester au lit 6 semaines et le cinquième groupe devra porter une paire de lunettes bleues 🤓.

Le résultat est que les cinq groupes auront une diminution franche dans 70% des cas de la douleur dans la jambe, par évolution naturelle de la maladie. Finalement, la douleur diminue toute seule par résorption progressive de la hernie et par la diminution de l’inflammation locale.

J’ai volontiers forcé le trait pour montrer qu’on peut attribuer cette évolution favorable de la maladie à tout un tas de gadgets inutiles comme cette semelle.

Par contre, la kinésithérapie durant cette phase a un rôle important dans la gestion de la douleur, de surveillance et peut vous aider à maintenir un minimum d’activité physique pendant cette phase compliquée avant d’enchaîner par un traitement actif qui a fait ses preuves par la suite. De plus vous éviterez de boiter avec une semelle inutile et parfois chère ou de souffrir le martyr du dos en étant resté alité 6 semaines.

Qu’en est-il de la chirurgie ?

Elle reste rare et ne s’adresse qu’à des indications bien précises avant 6-8 semaines : en cas de perte de force, perte de sensations de la jambe, voire perte de contrôle sphinctérien urinaire / anal (urgence absolue) ou de douleurs très importantes non calmées par les traitements antalgiques.

Après 8 semaines, puis de la rééducation active, l’indication peut se poser chez un sujet encore assez gêné qui aurait un retentissement important dans sa vie quotidienne. Il est difficile de vivre avec un caillou dans sa chaussure après 2-3 mois même si vous pouvez marcher. 

La chirurgie consiste à enlever ce fragment discal au contact du nerf, mais laisse le disque tel quel avec un délai de cicatrisation de 4 à 6 semaines. Le but de la chirurgie est de soulager la douleur dans la jambe, le but de la rééducation après la chirurgie est de prévenir le risque de récidive et de favoriser la reprise d’une vie normale en consolidant et stabilisant votre dos.

Opération de la hernie discale – crédit : Centre Aquitain du Dos

Et la rééducation dans tout ça ?

Si vous avez bien suivi la notion d’amortisseur défectueux ou d’olive dont la membrane s’est rompue, vous avez déjà les clefs pour comprendre que la rééducation se doit d’être active, c’est-à-dire accès sur le muscle et le mouvement  pour vous éviter de souffrir de cette instabilité du disque.

Une fois la douleur dans la jambe calmée, la kinésithérapie de renforcement musculaire prend toute sa place dans la lombalgie d’origine discale. Son objectif est de compenser l’instabilité des vertèbres, liée à l’insuffisance du disque qui perd ses capacités d’amortisseur avec le temps.

Le kinésithérapeute va aider la personne à progresser et adapter sa rééducation par rapport à ses activités professionnelles / physiques et loisirs. Il adaptera l’intensité, la progression, pour améliorer la condition physique. Il sera le parfait accompagnement pour l’aider à reprendre sa vie d’avant.(3).

Il faudra faire des exercices de stabilisation du dos en renforçant les abdominaux, les obliques, les fessiers et extenseurs ainsi que du stretching.

Voici des exemples d’exercices que nous donnons aux patients après leurs opérations :

Vous pouvez également retrouver de nombreux exercices sur l’application Doado.

Comment reprendre le sport après une hernie discale ?

Il n’y a pas de contre-indication à reprendre du sport quand nous avons une hernie discale du moment que cela ne fait pas mal ou après un délai suffisant après une opération.

Le pire serait même d’arrêter toute activité physique qui accélérait le déconditionnement physique. Cependant, certains sports sont plus à contraintes que d’autres en fonction de leur nature ou de l’intensité avec laquelle ils sont pratiqués. Jouer 8 heures par semaines au tennis est différent de jouer une fois le dimanche de temps en temps. C’est en cela que la prévention, et l’entretien physique après la rééducation sont importants pour bien vous préparer et éviter une récidive.

Finalement, l’hernie discale n’est pas plus compliquée à comprendre qu’une olive à l’anchois 😉 et surtout elle se résorbe d’elle-même dans la majorité des cas. Si la douleur est trop importante, que vous avez une faiblesse dans la jambe, ou que vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Vous pouvez également télécharger notre application Doado afin d’avoir des conseils et des exercices adaptés pour renforcer ou soulager votre dos. Enfin, nous ne vous le dirons jamais assez le principal, c’est de bouger !

Doado est disponible sur AppStore et Playstore.

Source :

  1. https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/corps-humain-disque-intervertebral-15544/
  2. https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2014-11/noteproblematique_chirurgie_lombalgie_chronique_20140924_vd_2014-11-03_10-59-5_299.pdf
  3. https://bjsm.bmj.com/content/bjsports/54/21/1279.full.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *